Communiqué du syndicat CGT des cheminots.

Le jeudi 1er décembre, les usagers de la ligne ferroviaire Colmar-Metzeral ont eu une mauvaise surprise en se rendant en gare : en effet, plus de 60% des trains ont été remplacés par des bus.

Motif évoqué : la nécessité de faire circuler un train de brossage des rails, afin de limiter les enrayages des trains, dus au froid, à l’humidité et aux chutes de feuille.

Mais ce qui aurait dû durer une journée s’est reproduit le lendemain. Et cela sans même en aviser les usagers, qui, comme la veille, ont dû prendre les bus à leur place.

Interpelée par le syndicat CGT Cheminots de Colmar, la  SNCF évoque « une crise de production sur le matériel ». Pour le syndicat CGT des Cheminots de Colmar, c’est clairement, les conséquences des réorganisations successives en lien avec les suppressions de postes et de technicité qui en sont la cause réelle. De plus, se pose la question de l’emploi industriel en lien avec la fabrication des pièces de rechanges sur les engins moteur X73500 et AGC, entre autres. Alors qu’il y a quelques semaines encore, l'entreprise Alstom était en proie à de grosses difficultés par manque de commande de matériel ferroviaire.

Une nouvelle fois, c’est sur la seule  ligne Colmar-Metzeral que les suppressions de trains ont lieu. Elle est une fois de plus la dernière roue du carrosse du TER Alsace et cela pourrait encore durer plusieurs jours, au minimum jusqu’au 9 décembre. Et cela, sans la moindre communication à ce jour, sur le site Ter Alsace. Lors des précédentes suppressions de trains et fermeture temporaire de la ligne, le syndicat avait déjà annoncé les menaces qui pesaient. L’entreprise et le conseil régional ont toujours nié vouloir nuire à cette ligne, mais les choix réalisés aujourd’hui, montre que le CGT  a eu tort d’avoir raison trop tôt.

Les usagers, directement impactés, se sont retrouvés dans des situations plus que catastrophiques avec la mise en place de bus mis en nombres insuffisants, des horaires de départ modifiés. De plus, le lundi 5 décembre, les usagers qui ont voulu se rendre dans la vallée se sont retrouvés face à de grandes difficultés de places assises dans les bus. Que dire du minibus mis en place au départ à 8h21 à Colmar pour Metzeral qui n’avait que 20 places de capacités pour 70 personnes ? Que dire du bus mis en place au départ à 8h54 qui a lui aussi dû laisser une vingtaine de personnes sur le carreau par manque de places ? Cette situation est inadmissible ! Quid de l’avenir de la ligne en termes de sécurité et de sureté  ?? La SNCF et le Conseil Régional ne peuvent pas laisser à l’abandon des usagers et cela sans les en aviser au préalable. Le report des circulations sur la route contribue à l’engorgement de la seule route permettant d’aller et venir de la vallée, et antinomique avec une politique vertueuse sur l’écologie.

Enfin, constat fait qu'il n'y a plus de contrôleurs sur les trains, ce qui engendre incivilités, insécurité et fraude. Ceci ajouté à cela laisse penser que cette ligne n’est plus une priorité pour les pouvoirs publics et la SNCF qui, pourtant, doivent répondre aux besoins des usagers de la vallée.